Eugène Boudin et la Bretagne

Denise Delouche - 144 pages - 110 ill. couleur.
Format 22 x 28 cm - Relié avec jaquette. Prix : 37.00 €

Cet ouvrage présente l’étude approfondie et actualisée de l’œuvre bretonne d’Eugène Boudin, par Denise Delouche, spécialiste affirmée de l’artiste. De nombreux textes et courriers inédits, une iconographie souvent inattendue mettent en perspective cette œuvre essentielle par son apport au mouvement impressionniste et par le rôle précurseur de Boudin dans la découverte de la Bretagne par les artistes au XIXe siècle.

Bernard Buffet et la Bretagne

Lydia Harambourg - 128 pages - + de 150 illustrations Format 22 x 28 cm - Relié avec jaquette.Prix : 42.00 €

Disparu en 1999, Bernard Buffet a laissé une œuvre immense. Au cœur de ce travail, un regard permanent et renouvelé sur une région chérie par le peintre : la Bretagne.
Des natures mortes des premières années, aux ports de l’Armorique, sans oublier les coiffes des Bretonnes, c’est tout l’univers découvert dans la prime enfance auquel il est resté fidèle pendant plus d’un demi-siècle. Qui sait que la peinture ultime de l’artiste est un paysage de Bretagne ? Au centre de cette période, Saint-Cast le havre familial, et l’atelier breton.
Pour la première fois, l’historienne de l’art Lydia Harambourg replace ces tableaux bretons dans une plus large perspective de l’œuvre de Bernard Buffet.

 

 La Céramique artistique de Quimper

Antoine Lucas - 144 pages - 160 pièces reproduites
Format 22 x 28 cm - Relié avec jaquette.Prix : 19.00 €

Si la faïence de Quimper a su se faire connaître bien au-delà de la Cornouaille, la création artistique quimpéroise, à travers l’expression de nombreux artistes du XXe siècle reste méconnue malgré l’enthousiasme des collectionneurs. Cet ouvrage, richement illustré et documenté, comble cette lacune en présentant un florilège d’audaces créatives de la céramique artistique de Quimper.
 

Décors peints de Bretagne 1900/1950

Très intéressant catalogue édité aux éditions Cloître pour l'exposition au musée de la Cohue, musée de vannes, le conseil général du Morbihan. (expo de juin 2002  à janvier 2003) 
Véritable document  où l'on découvre la richesse des décors peint dans les restaurants, hôtels ou centre de soins. La confirmations de grands talents comme LEMORDANT ou la découverte d'artiste plus anonymes comme KERGA ou GODET.  Album de 128 page richement illustré -30 €.

 

 Désiré Lucas

Marie-Paule Piriou - 128 pages - 100 reproductions couleur
22 x 28 cm - Relié avec jaquette - Prix : 42.00 €.

En Bretagne, Désiré Lucas est très connu et apprécié dans un cercle d’amateurs, de collectionneurs attentifs. Pourtant, la grande Histoire l’ignore, comme bon nombre d’artistes à toutes les époques. Parmi les intérêts qu’il y a aujourd’hui à mettre en lumière cette œuvre, figure celui d’analyser un phénomène qui se répète. Le long et minutieux travail de recherche de Marie-Paule Piriou nous offre l’opportunité d’un regard nuancé sur cette peinture cohérente, profonde et très injustement oubliée.
Cette première monographie consacrée au peintre nous fait découvrir une œuvre où les images de la Bretagne traditionnelle côtoient une sélection de peintures méditerranéennes et basques moins connues et accompagne l’exposition rétrospective du musée de Vannes.
 

 Dilasser

René Le Bihan - 208 pages - 150 ill. couleur. Format 22 x 28 cm - Relié avec jaquette. Prix : 29.00 €  

Ce volume présente au plus large public, l’œuvre de François Dilasser qui s’est imposé, au fil des trente dernières années, comme l’un des peintres qui comptent le plus en Bretagne. L’originalité et la densité de son propos montrent comment naissent des tableaux, raffinés ou violents, qui concentrent à la fois l’esprit d’une terre et la sensibilité d’un homme.
 

Impressions bretonnes

Philippe Le Stum - 208 pages - Plus de 250 reproductions couleurs. Format 22 x 28 cm - Reliure toile avec jaquette. Prix : 48.00 €

Dans l’histoire des arts graphiques des XIXe et du XXè siècles, l’avènement de la gravure sur bois originale, la gravure d’artiste, constitue le point de départ d’un essor qui connaît ses plus belles expressions entre 1890 et 1930.
La Bretagne tient une place éminente dans cette création : les artistes de Pont-Aven sont parmi les premiers, en leur temps, à graver le bois. Puis, à la suite de Henri Rivière, le Japonisme trouve en Bretagne une terre d’élection, attirant les graveurs du monde entier : les Autrichiens Carl Moser ou Max Kurzweil, l’Américaine Ethel Mars, la Suissesse Alice Bailly, le Polonais Mondral, le Belge Masereel, le Japonais Hasegawa, etc. Ses artistes, Mathurin Méheut, René Quillivic, René-Yves Creston, et bien d’autres ( Laboureur, Cheffer, Géo-Fourrier, Beltrand…) trouvent dans la gravure sur bois une technique particulièrement propre à représenter ses paysages, à exprimer l’âpreté du labeur des hommes. Accompagnant l’exposition du Musée départemental breton, cet ouvrage révèle au public l’œuvre d’une cinquantaine d’artistes, à travers un ensemble d’une exceptionnelle richesse, issu des principales collections publiques et privées.

 

 Jules Noël

André Cariou - Pierre Ickowicz - Michel Rodrigue - 192 pages - Plus de 150 reproductions
Format 22x28 cm - Reliure toile avec jaquette Prix : 45.00 €

Né à Nancy, Jules Noël passe son enfance et son adolescence à Quimper. Il ne se lassera jamais des paysages et vues pittoresques de Bretagne qui représentent environ la mmoitié de son œuvre. Souvent composés en atelier à Paris à partir des "souvenirs" et documents pris sur place, ses tableaux mêlent des éléments de la réalité, des détails pittoresques, quantité de petits personnages dans des cadres imaginaires ou reconstitués. Dans ses marines, par sa sensibilité aux effets atmosphériques, l’attention est donnée à la lumière et la place accordée au ciel et à la mer, il s’affirme comme un "compagnon de route" des précurseurs de l’impressionnisme, le contemporain de Jongkind et de Boudin. Son étourdissante dextérité de peintre et de dessinateur a toujours séduit les amateurs.
Accompagnant l’exposition du musée des Beaux-Arts de Quimper, et du musée de Dieppe, cet ouvrage présente pour la première fois un ensemble complet de peintures et de dessins, souvent inédits, d’œuvres de Jules Noël.

 

 Jules Breton

La chanson des blés   par anette Bourrut Lacouture. Editions Somogy mars 2002.

Edité à l'occasion des expositions aux musées de ARRAS, QUIMPER et DUBLIN. A la découverte d'un peintre de la ruralité au XIXème siècle. très largement inspiré par la Bretagne et ses pardons. Une peinture classique, bien mise en scène dans des grandes compositions. Des sujets populaires à rapprocher de ceux de MILLET. Un charme et une qualité indiscutable. La rencontre pour une exposition de belles toiles sorties de collections publiques et privées...264 pages, nombreuses illustrations en couleur. 48 €.
 

 

Le Merdy

Benoît Landais - Préface de : Jacques Foucart - 192 pages - 138 planches couleur et 39 ill. noir et blanc. Format 22 x 28 cm - Relié avec jaquette.Prix : 38.00 €

Édité à l’occasion de la rétrospective du musée de la Marine, ce volume retrace le parcours de l’un des plus importants peintres de la Bretagne actuelle. Éminent Peintre officiel de la Marine, Jean Le Merdy peint la Cornouaille – rivages et campagnes – avec une égale intransigeance et une facture reconnaissable entre toutes.
 

Henry Moret (1856-1913)


Par Jean Yves Rolland et Marie-Bénédicte BARANGER  - Editions Palantines 4ème trimestre 2002

Enfin un ouvrage sur ce grand peintre classé "de Pont Aven" bien qu'il n'ait presque jamais  succombé au synthétisme et au cloisonisme qui caractérisent le style.  La lecture est en cours vous aurez bientôt mon avis.  159 pages richement illustré en couleur.40 €
 

 Le voyage d'un peintre breton au Japon Mathurin Méheut : avril-août 1914


d'Elisabeth, Hélène et Patrick Jude  Livre relié - 30,5 x 24,5 - 128 pages - 125 peintures 30 €

Au début du XXè siècle, Mathurin Méheut travaillait à Paris où règnaient japonisme et Art nouveau. Il fournissait des études de faune et de flore correspondant aux efforts d'interprétation décorative d'Eugène Grasset. Le triomphe de son exposition au musée des Arts décoratifs a été suivi par l'attribution de la bourse 'autour du monde' financée par le mécène Albert Kahn. L'artiste débarque au Japon en avril 1914, dessine et peint sans relâche. Il est aidé par le grand industriel Katsutarô Inabata et par le peintre Takeshirô Kanokogui.  Méheut quitte le Japon dès la proclamation de la mobilisation générale. L'influence de son séjour au Japon sur son œuvre se fait sentir jusqu'à sa mort en 1958. Deux des auteurs arrière-petites-filles de Mathurin Méheut, se sont rendus au Japon sur les traces de leur aïeul afin d'identifier avec précision et voir les lieux où l'artiste avait travaillé et fait œuvre d'ethnographe en ce début de l'époque Taishô. À la recherche du Japon de 1914, ils ont retrouvé les descendants de Inabata et Kanokogui, photographié et rédigé un carnet de route pendant leur périple dans le Japon d'aujourd'hui. 

 

Orfèvrerie de Haute Bretagne

par Jacques BERROYER. Editions CLOITRE septembre  2004.Attendu depuis fort longtemps, cet ouvrage sur les orfèvres de Haute Bretagne (Dinan, Dol, Fougère, Lamballe, Rennes, saint Brieuc, Saint Malo, Vitré)  nous présente le travail de recherches considérable accompli par Monsieur Jacques BERROYER et son épouse. Très complet, il est richement illustré des photos des poinçons, et de quelques belles pièces connues dans les collections publiques ou privées. La précision est extrême et fait de ce livre le document indispensable aux amateurs d'orfèvrerie bretonne.
Sans doute bien diffusé, ce livre reste également disponible sur commande au prix de 66 € n'hésitez pas à nous adresser vos demandes nous transmettrons...

Peintres Polonais en Bretagne (1890-1939)

144 pages - Plus de 120 œuvres reproduites Format 22 x 28 cm - Relié avec jaquette. Prix : 19.00 €

La présence de très nombreux peintres polonais en Bretagne est un des aspects de la vogue qu’exerça cette région, dans la dernière décennie du XIXe et de la moitié du XXe siècle, sur les artistes, attirés par les ports de pêche, les côtes sauvages et la beauté des costumes. Organisée dans le cadre de Nova Poska, une saison polonaise en France, cette exposition présente, pour la première fois, les œuvres de ces nombreux artistes dont plusieurs comptèrent parmi les figures majeures de « l’École de Paris » : W. Slewinski, M. Muter, E. Zak, M. Kisling, K. Mondral, J. Pankiewicz, W. Wankie, H. Hayden, T. Makowski… Ce faisant, elle révèle au public un pan de la création européenne bien peu connu dans notre pays.

 

 Peintres Russes en Bretagne

128 pages - plus de 120 reproductions couleur  22 x 28 cm - Relié avec jaquette. Prix : 38.00 €

Après le succès de l’exposition « Peintres polonais en Bretagne », le Musée départemental breton de Quimper souhaite poursuivre l’exploration des « regards » d’artistes étrangers sur la Bretagne en consacrant une exposition aux peintres russes ayant fréquenté cette région entre le milieu du XIXe siècle et les années 1930. Nombre d’entre eux comptent parmi les artistes importants de la Russie : ainsi Alexandre Benois, Alexeï Bogoliubov ; Adolphe Feder, Boris Grigoriev, Emile-Benediktoff Hirschfeld, Constantin Kousnetzoff, Lanskoy, Zinaïde Serebriakova, Nicolas Tarkhoff, Maria Ivanovna Vassilieff, etc. Mais jamais encore une exposition n’a mis l’accent sur l’inspiration bretonne d’une partie de leur œuvre.
 

  Ar Seiz Breur

292 pages - Plus de 300 illustrations
Format 22 x 28 cm Reliure avec jaquette - Prix : 65.00 € Enfin rééditée, sous une nouvelle jaquette, voici l’histoire de celles et ceux (une soixantaine) qui ont appartenu à ce mouvement artistique retracée par Daniel Le Couédic.Autour de lui, une dizaine de spécialistes, Pascal Aumasson, Denis-Michel Boëll, Philippe Bonnet, Denise Delouche, Michel Denis, François Hubert, René Le Bihan, Marie-Claire Mussat, Yann-Ber Piriou, Laurence Prod’homme, Philippe Théalet, apportent leur regard sur les secteurs des arts appliqués (mobilier, céramique, arts graphiques) que les Seiz Breur ont abordés avec une volonté de rénovation, une volonté d’adapter la création artistique à une Bretagne qui en cette première moitié de XXe siècle ne pouvait plus rester liée à la seule tradition d’une Bretagne rurale.
Ar Seiz Breur croise l’histoire du mouvement breton de cette période dans un contexte artistique particulièrement riche de mouvements et de courants.

Lucien SIMON

par André CARIOU Editions Palantines Quimper. Mai 2002.

Enfin un ouvrage de référence sur ce grand peintre breton du début du XXème siècle. car depuis 1924 rien n'avait avait été publié. Sous la plume du Conservateur du musée des beaux arts de Quimper vous découvrirez un artiste qui décrit avec grand talent les scènes de sa vie de famille ou les costumes et le travail des marins, goémoniers, cultivateurs bretons. Ce livre reprend par chapitre les thèmes cher à l'artiste : La Cornouaille, le travail de la terre, entre mer et terre, les goémoniers etc...  160 pages nombreuses illustrations en couleur. 38 €

LES PEINTRES du FAOUET (1845-1945)

 

par Jean-Marc MICHAUD et Daniel LE MESTE.  Editions Palantines  2ème trimestre 2003

A n'en pas douter, voici le livre qui manquait au amateurs de peintures bretonnes. Le FAOUET, sans être un centre fondamental dans l'histoire de la peinture en Bretagne, a vu passer un grand nombre d'artistes, certains y séjournant ou y revenant régulièrement. Monsieur Daniel LE MESTE, érudit de la question a largement contribué à cet ouvrage en rédigeant les nombreuses notices qui permettront aux lecteurs de découvrir certains petits peintres tout à fait dignes d'intérêt ou de redécouvrir les grand noms qui ont fait la renommée de la citée. Ce livre est édité à l'occasion de l'exposition du musée municipal du Faouët... à ne pas manquer...

La Vision de Gauguin

Belinda Thomson - 144 pages / Plus de 160 illustrations / 22 x 28 cm Relié avec jaquette Prix : 45.00 €

Peinte en 1888, la Vision après le sermon ou la Lutte de Jacob et de l’ange, œuvre clé de Paul Gauguin, est un jalon incontesté de l’histoire de l’art, le manisfeste fondateur de l’École de Pont-Aven, annonciateur de la peinture moderne.
Cette étude passionnante et très documentée a accompagné l’exposition organisée en 2005 par la National Gallery of Scotland d’Edimbourg, qui conserve cette peinture. Au-delà de l’exposition, elle constitue une approche novatrice de l’aventure de Gauguin à Pont-Aven.

Yves Tanguy

René Le Bihan - René Mabin - Martica Sawin . 304 pages - 125 ill. couleur et 75 ill. noir et blanc. Format 22 x 28 cm - Relié avec jaquette. Sous coffret. Prix : 35.00 €.

Première monographie depuis l’incontournable travail de P. Walberg (1977), ce livre s’articule autour du regard de deux historiens d’art, l’un français et l’autre américain, qui permet de saisir la dualité de l’œuvre et de la vie de l’artiste majeur de la Bretagne. Par ailleurs, une biographie détaillée et actualisée de ce grand peintre surréaliste, de prestigieuses contributions et une iconographie sans faille en font un volume de référence. Egalement disponible en breton aux Éditions An Here.

Jean Marc MICHAUD Conservateur des musées.  Fernand LEGOUT GERARD

Liv'Edition pour l'exposition du musée du Faouët en 2010
Fernand Le Gout-Gérard est considéré comme l'une des stars des ventes aux enchères de peinture bretonne. Il est aussi le plus célèbre des peintres de Concarneau et pourtant l'un des plus mal connus au sein de ce groupe, dont il reste, a-t-on pu dire, la figure emblématique. c'est le premier livre qui lui est  consacré  Grace à ce livre qui le suit en  Normandie où l'artiste avait vu le jour et passé son enfance, en Bretagne et à Paris où il avait vécu et enfin à Aix-en-Provence où est conservée une part essentielle de ses archives vous pourrez redécouvrir cet artiste.

W.J Leech

Denise Ferrand paru à l'occasion de l'exposition W.J Leech à la "National gallery of Ireland" en 1996 à Dublin, au printemps 1997 au Musée des Beaux-Arts de Quimper et l'été 1997 à "The Ulster Museum" à Belfast.

J.Leech, l'une des figures majeures de l'école de peinture Irlandaise de la première moitié du XXe siècle , a trouvé à partir de 1903 un foyer pictural cosmopolite dans la cité des thoniers. Pendant une quinzaine d'années il fréquente régulièrement la ville auprès de son ami Sidney Lough Thompson. Son art s'y épanouit et c'est avec une œuvre intitulée " Café des artistes, Concarneau " qu'il obtient une médaille de bronze au Salon des Artistes Français en 1914. En 1903, lorsqu'il arrive, la réputation de la ville n'est plus à faire. Une importante colonie d'artistes la fréquente depuis vingt ans, accueillie par les époux Le Bris à l'Hôtel de France et M. Joyeau à l'Hôtel des Voyageurs. Dès 1894, Frank Emmanuel écrit aux artistes dans le journal " The Studio " Vous ne pouvez pas mieux faire que de choisir Concarneau en Bretagne pour dresser votre chevalet. Si vous avez l'intention de peindre des marines, des paysages, des intérieurs, des figures, c'est un endroit pour vous. D'autre part si vous souhaitez paresser un mois ou deux, Concarneau vous en offre la possibilité. Vous êtes certain d'y rencontrer des amis artistes agréables, anglais ou étrangers dans la ville ou le village de Pont-Aven à 10 miles, et, en plus, vous pouvez vivre royalement pou 5 F par jour ou encore moins ." Comment ne pas répondre à cette invitation! Depuis vingt ans différents styles s'y côtoient, naturalisme de Bastien-Lepage, académisme de Bouguereau, peinture de genre socialisante avec Granchi-Taylor, Intérieurs rustiques de Grün, etc, pêcheurs et paysans offrent d'intéressants modèles et le port, ses splendeurs. Leech, l'ami intime de Thompson depuis leurs études à Paris, fréquente aussi Fromuth et Hirschfeld, dont il réalise un portrait. L 'artiste irlandais suit l'évolution des modes et, de la " manière noire ", il passe à la peinture de plein air entrainant son ami Thompson. La palette s'illumine, la touche est vigoureuse et les couleurs flamboient. Après " Intérieur de café ", " Chez le barbier ", " Le jardin secret " ou le " Jardin au couvent ", Leech touche au paroxisme de la manière fauve. C'est aussi à Concarneau qu'il rencontre Elisabeth Kerlin, jeune peintre américaine. A suivre l'exposition du Musée des Beaux-Arts de Quimper, un peu de l'histoire de Concarneau se dévoile, c'est aussi le constat d'une évolution sans retour vers la couleur et la lumière chez un peintre doué d'une grande sensibilité.
Yvon Le Floc'h, Ouest-France 19 février 1997